Consommation de viande: les 5 conseils de Slow Meat

418

Parce que l’élevage a des impacts considérables sur l’environnement, que ce soit en termes d’émissions de gaz à effet de serre, de déforestation, de coût en eau ou de pollution des milieux, la Transition Alimentaire préconise que nous réduisions nos apports en protéines animales au profit des protéines végétales. Car en plus des bienfaits qu’un tel changement d’habitude aurait sur l’environnement, une foule de changements positifs se feraient également ressentir au niveau de notre santé et de la sphère socio-économique.

 

Le mouvement Slow Meat lancé par Slow Food USA souligne également la nécessité de manger moins de viande et de la choisir de meilleure qualité. La campagne qu’ils mènent s’articule autour de 5 points :

1) Se mettre aux « Lundis sans viande »

Réduire sa consommation de viande en choisissant un jour végétarien par semaine (les lundis ou tout autre jour) permet d’explorer de nouvelles sources de protéines et de nouvelles recettes. Manger moins de viande permet alors de pouvoir s’offrir une viande de meilleure qualité dont le prix est plus élevé, comme c’est le cas pour la viande issue de l’agriculture biologique. Et bien entendu cela permet de réduire son empreinte écologique et d’améliorer sa santé.

2) Connaitre la signification des labels

Rassurants car synonymes de qualité, de sécurité et de traçabilité, les labels semblent être toujours plus nombreux sur les produits alimentaires de nos supermarchés. Cependant ils n’ont pas tous la même valeur. Pour les labels français, consultez le guide de l’ADEME « Les logos environnementaux sur les produits » ou celui des Eco-sapiens « Les bons labels et les truands ».

3) Varier les viandes pour maintenir la biodiversité

Depuis 1996, Slow Food développe « L’Arche du Goût » (« Ark of Taste »), un outil international qui répertorie des produits alimentaires menacés d’extinction par la standardisation industrielle. Ce sont aujourd’hui plus de 1100 produits provenant de 50 pays qui ont été ajouté à l’Arche, parmi eux fruits et légumes mais aussi diverses races animales. En France on trouve par exemple le berrichon de l’Indre ou encore la ferrandaise.

4) Introduire la viande de qualité dans les stades

Etant donnée la passion des américains pour le sport, Slow Food USA estime que les évènements sportifs sont de précieuses occasions de faire découvrir des alternatives alimentaires plus écologiques au public. Slow Meat cherche donc à développer une offre en viande plus savoureuse et de meilleure qualité grâce au relais des communautés locales Slow Food.

5) Limiter le gaspillage alimentaire en consommant l’animal entier

Alors que la production de viande nécessite de grandes quantités d’eau et d’énergie, nous sommes habitués à ne manger que la chair des animaux,  et le reste est gâché. Slow Meat encourage les cuisiniers à valoriser les morceaux de viande moins connus et les foodies à tester de nouvelles saveurs.

Slow Meat

Du 4 au 6 juin 2015, Slow Meat rassemblera à Denver, Colorado (USA) éleveurs, fermiers,  bouchers, ou encore consommateurs pour célébrer les alternatives au système conventionnel. Conférences, débats  et  ateliers mettront en avant une nourriture « bonne, propre et juste ».

En savoir plus : https://www.slowfoodusa.org/slow-meat

Post a comment